À propos

Pourquoi ce blog ?

Créé à l’occasion de l’Appel solennel des chercheur.se.s précaires diffusé en juin 2019, ce blog vise à rendre compte de la mobilisation en cours, sous ses diverses formes, contre la précarité dans l’ESR.

Ce blog est animé par des chercheur.se.s précaires membres de plusieurs des collectifs et associations signataires de l’Appel solennel. Il entend relayer les initiatives lancées contre la précarité et les rendre visibles, mais ne représente pas de collectif en tant que tel.

L’appel solennel des chercheur·se·s précaires

En juin 2019, sur l’initiative de jeunes chercheuses et chercheurs précaires de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a circulé parmi les collectifs et associations de chercheuses et chercheurs précaires un Appel solennel aux titulaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR). Sans chercher à se constituer en coordination, une douzaine de collectifs de précaires ont signé l’appel.

Cet appel invitait les titulaires à réagir à la situation dramatique de l’emploi dans le service public d’enseignement supérieur et de recherche.

Il participe d’une mobilisation grandissante chez les précaires (doctorant·e·s et docteur·e·s sans poste) qui dénoncent des conditions de travail de plus en plus insupportables dans l’enseignement supérieur et la recherche, où les besoins sont criants et les moyens alloués pour y répondre plus qu’insuffisants. 
L’un des scandales à l’université, c’est le recours de plus en plus croissant aux enseignant·e·s vacataires (enseignant·e·s non titulaires et payé·e·s à la tâche), payé·e·s désormais sous le SMIC horaire, et rémunéré·e·s plusieurs mois seulement après la fin de leur service. Le Times Higher Education a fait très récemment paraître un article sur le sujet (« French PhD students’ pay for teaching falls below minimum wage »). Vous pouvez consulter également sur ce point le communiqué de la Confédération des jeunes chercheurs paru en janvier 2019 et l’analyse de l’ANCMSP parue en février 2019.
Plusieurs actions ont été menées en 2019 par les précaires de l’ESR. Pour ne donner que quelques exemples :

  • des doctorant·e·s de l’université Paris 1 (sur l’initiative de l’association Mobdoc) ont procédé en juin 2019 à une rétention de notes pour protester contre les conditions de travail dégradantes des vacataires
  • des vacataires de l’université de Poitiers ont également été en grève au mois de mars 2019
  • le Collectif Dicensus de l’université de Strasbourg a lancé une campagne d’information sur les conditions de travail des précaires à l’université en mars 2019, à la suite d’une grève des enseignant·e·s vacataires à la Faculté des Arts

Contact

Par mail : appeldesprecaires[at]gmail.com